Google quitte Microsoft pour Apple et GNU/Linux

Publié le par JB

stained-glass.jpg

 

      Google annonce interdire à ses employés l'utilisation du système d'exploitation Microsoft Windows sur tous les ordinateurs professionnels de la firme.

 

      La nouvelle n'est pas anodine. Le géant de la recherche (mais pas que) tient une place très importante dans tout le monde de l'informatique et de l'High-tech (Android, Chrome OS, Search, Maps ...) et s'avère être un sérieux concurrent pour Apple ou Microsoft.

 

      Il faut dire que Google a compris comment le web devait évoluer pour avoir le soutien du bas-peuple et des gueux que nous sommes. Tout doit être libre. Et Google doit dominer. Et ça marche. Il faut pouvoir rendre chaque Internaute acteur du monde dans lequel il évolue (Blogger, Youtube), mais aussi lui permettre d'accéder à la création des autres (Search, Images, Code search ...), et tout doit être fait gratuitement. La publicité lui est déjà largement suffisante, de toutes manières. Et puis il faut éliminer les ennemis de Google : Microsoft, Apple ... dont les utilisateurs seraient susceptibles de ne pas utiliser les services du géant de Mountain View, et surtout dont l'information est privée, fermée, restreinte.

 

      Et Google en a dans le pantalon. Puisqu'aujourd'hui, ils annoncent l'abandon du logiciel de Microsoft, Windows, comme Système d'Exploitation sur les machines de Google. 20 000 licences ne seront donc plus renouvelées, et les employés profiteront de GNU/Linux ou de Mac OS X. Les dirigeants affirment des problèmes de sécurité de Windows, qui rendent son utilisation en interne dangeureuse. On se souviendra par exemple des attaques de hackers "chinois" du 12 Janvier 2010.

 

      Google se veut donc supérieur au monde privateur, et ami de ses clients utilisateurs. Il suffit de faire un compte-rendu des encouragements ou des critiques négatives de la firme envers le reste du monde de l'informatique pour s'en rendre compte :

 

 

flowRoot7862.png

 

      Mais au delà de l'aspect sécuritaire de la chose, la médiatisation importante de l'évènement amènera sûrement les gens à investir dans un ordinateur Apple ou à changer de Système d'Exploitation, en se tournant vers l'offre libre : une bonne distrib' Gnu/Linux. Oui enfin ça, c'est l'idéal.

 

      Mais revenons sur mon superbe schéma trop kawaï. Google commence par réutiliser GNU/Linux pour faire Chrome OS. Après les rumeurs d'une distribution "interne" Goobuntu, c'est le nouveau système d'exploitation de l'entreprise qui utilise à la fois un noyau Linux et le navigateur Chrome. Et pour utiliser ce système, Google entend bien ne l'installer que sur des netbooks. Une bonne initiative d'ailleurs, les performences des petits ordinateurs portables avec Windows 7 sont pour le moins ... limitées.

 

      Google a intégré dans ses rangs le papa du langage Python, Guido van Rossum. L'homme peut continuer de développer "son" langage au sein de Google, et les programmes de Google l'utilisent en partie. Python, qui est sous licence libre ...

 

<Sonium> someone speak python here?
<lucky> HHHHHSSSSSHSSS
<lucky> SSSSS
<Sonium> the programming language

(Sur Bash.org)

 

Donc déjà 2 - 0 pour le logiciel libre contre le logiciel privateur, grâce à Google.

 

      Pour finir avec les amis du libre, Google soutient la fondation Mozilla, basée dans la même ville de Mountain View. Et inversement, la page d'accueil par défaut dans Firefox est celle de Google.

 

Pfiou, 3 - 0

      Et comme ça fait une dizaine d'années qu'on n'attend plus que la fin du règne de Microsoft, eh bien notre ami Google s'y colle. Pour cela, on commence par le radier du cercle interne de l'entreprise. Ensuite, on vend/distribue (au choix) un OS concurrent.

      Bon, honnêtement, on est loin de la fin de Windows. Mais la bonne claque donnée à Internet Explorer par la simplicité et la crédibilité de Chrome sur le marché des navigateurs n'est pas passée inaperçue. Alors c'est déjà un bon début, non ?

 

Google-Nexus-One-S-5-235589-13.jpg

 

      Pour un autre public, à un autre prix, Apple a failli dominer le marché un peu trop longtemps avec son iPhone, et Android est venu à la rescousse ! On l'a échappé belle ! Toujours pour ce même marché des Smartphone, Android Froyo supporte intégralement Flash. On aurait pu penser que Google serait contre Adobe, car fermé. Mais c'est à croire que les deux s'allient pour lutter contre l'iPhone et l'iPad. A vrai dire, Google n'a pas vraiment de parts de marché à récupérer à Adobe, alors qu'Apple pourrait être une mine d'utilisateurs bien plus étendue.

 

      Pour conclure, on va dire que : Google aime le libre : Google fait du libre. Google n'aime pas le logiciel privateur : Google récupère leurs utilisateurs. Donc ce refus de toucher à un logiciel Windows dans l'entreprise, c'est bien plus qu'un simple problème de sécurité ...

 

      En bonus, pour être arrivé jusqu'ici, vous avez gagné la visite des locaux de Google. On en dit plein de choses positives, mais il faut le voir pour comprendre le bien-être des employés.

Ce serait donc même une source de réussite, le divertissement et le cadre agréable au travail ? Voilà de quoi inspirer France Télécom et ses amis.

Les bureaux de Mountain View

L'agence de Chicago

La direction de Pittsburgh

Les locaux de Boston

L'établissement de Seattle

Publié dans The news

Commenter cet article