Lectures de l'île (1/2)

Publié le par JB

linux-copie-1.jpg

 

"Linus Torvalds, l'informaticien le plus convoité de la planète."

C'est la phrase qui apparaît sur la première de couverture d'une des deux traductions de la biographie (de la demi-autobiographie !) du créateur du noyau Linux lui-même, ce finlandais qui révolutionna l'informatique au cours des années 1990.

 

       Le matin de mon départ pour une semaine de vélo sur les pistes cyclables de la belle île de Ré, ma mère me dit, sans intention, qu'elle a acheté "un livre sur Linux" pour la bibliothèque. En connaissance de ma passion pour l'informatique et en particulier pour le système en question, nous courrons vers le Centre Culturel du village pour prendre ce bouquin jaune, histoire de ne pas trop m'ennuyer s'il se met à pleuvoir.

 

http://www.iledere.com/espace/images/pages/saintemarie_haut.jpg

 

       Après un trajet passé à endoctriner la famille sur le HTML 5, la remise en cause du flash, sur les OS libres et les dernières news de l'high-tech, je peux enfin ouvrir tranquillement le livre et me plonger dedans. L'objet présent avoisinne les 300 pages et prend la forme présentée sur l'image ci-dessus. Le style d'écriture est assez simple, tant mieux, on est en vacances. (enfin moi, en tout cas :-P). Il ne me faudra que deux soirées pour en finir, une semaine pour relire chaque passage intéressant ou qui mériterait une attention toute particulière.

 

       La version anglaise se nomme "Just for Fun : The Story of an Accidental Revolutionary", celle traduite par Olivier Engler "Linux, c'est gratuit ! mais aidez-moi à l'installer." Je ne suis pas fan de ce titre français, je trouve qu'il n'est pas vraiment dans l'esprit du logiciel libre (mais ici plutôt free au sens de gratuit), mais passons, il est édité par l'école des loisirs, rayon Médium, Linus est d'ailleurs décrit sur leur site comme un informaticien milliardaire ...

Une traduction a également été éditée par Eyrolles en 2001 sous le nom "Il était une fois Linux : L'extraordinaire histoire d'une révolution accidentelle".

 

       Je lui ai trouvé trois aspects très intéressants, le premier étant la biographie pure de Linus Torvalds. En http://www.commodore.ca/gallery/brochures/vic-20/VIC-20_friendly_brochure_p1.jpgdeux mots, un élève renfermé qui fait ses premiers pas sur le Commodore VIC-20 de son grand-père. Venant d'une famille suédoise communiste immigrée, avec un maigre budget, l'enfant vivra les trois premiers mois de sa vie dans un panier à linge, achètera son premier ordinateur personnel à crédit pour récupérer, bien plus tard, les stock-options de VA Linux et Red Hat Inc. Il emménagera avec sa femme et ses trois enfants dans une grande maison du nord-ouest américain. On voit en lui quelqu'un de très humain, qui expose ses qualités comme ses défauts. Truffé d'humour, le livre n'en est que plus agréable à lire.

 

« Il se trouve que le code que j'écris, est, euh... toujours parfait (N.d.T. : lol). Convaincu que l'erreur n'est pas dans mes lignes, je me mets donc à désassembler le système d'exploitation [de son Sinclair QL] »

 

 

 

      Le second point intéressant concerne le système en lui-même : comment est conçu Linux ? Le Finlandais trace l'histoire de son code, de la version 0.01 mise en ligne le 17 septembre 1991 à la distribution par Red Hat, l'utilisation du compilateur, du débogueur et de l'éditeur de texte du projet GNU de Richard Stallman (respectivement GCC, GDB, Emacs) et l'organisation du noyau monolithique.

      Linus utilisait au départ le groupe de discussion (newsgroup) Usenet comp. os. minix appartenant à Andrew Tanenbaum - célèbre professeur d'informatique orienté Système d'Exploitations pour plusieurs ouvrages à ce sujet et la création de systèmes, Minix étant l'un d'entre eux - pour diffuser Linux et préparer son code.

      Mais le rapport entre les deux personnages s'est un peu enflammé suite à un message de Tanenbaum portant comme titre "Linux is obsolete" et comme contenu une démonstration de la supériorité des micro-noyaux sur les noyaux monolithiques. Quelques messages de cet échange sont copiés dans l'ouvrage. Bref, ça donne envie de s'y intéresser bien plus profondément !

En voici un extrait :

 

« Re 1 : Vous dites que vous avez conçu Minix comme un passe-temps. OK. Regardons qui dans l'histoire fait de l'argent avec Minix et qui distribue Linux gratuitement. On pourra ensuite parler de passe-temps. Si Minix devient disponible gratuitement, un de ses principaux défauts à mes yeux disparaîtra. Linux a été pour moi un vrai passe-temps, mais des plus sérieux (ce sont les meilleurs !). Je ne gagne pas d'argent avec et il ne fait même pas partie de mon cursus universitaire. Je l'ai conçu sur mon propre temps et ma propre machine. »

 

      Pour finir, le point de vue philosophique, loin d'être négligeable, prend même une place très importante au début et à la fin du livre. La première approche décrit en fait l'idéologie de Linus et sa vision du sens de la vie.


« Trois facteurs motivent notre existence, ce que nous faisons et ce que fait tout être vivant. Le premier facteur, c'est la survie, le deuxième, l'ordre social, et le troisième, le divertissement. Après, il n'y a rien, c'est fini. Autrement dit, la marche de la vie tend vers la troisième étape.

(...)

Le plus évident, c'est le sexe. Au début, le sexe, c'est la survie, puis c'est devenu un truc social. C'est pourquoi on se marie. Ensuite, c'est devenu divertissant.

(...)

Au début, on faisait la guerre pour des questions de survie, parce que, par exemple, il y avait un grand type costaud entre toi et la source d'eau potable et qu'il avait enlevé ta femme. Puis c'est devenu un truc social.

David : La guerre serait un moyen d'établir l'ordre social ?

Linus : C'est cela. C'est aussi un moyen de se positionner dans cet ordre social. En soi, l'ordre social n'intéresse personne. Ce qui nous intéresse, c'est notre position dans la hiérarchie sociale, que tu sois une poule dans une basse-cour ou un être humain.

David : La guerre serait donc maintenant devenue un divertissement ?

Linus : Correct.

David : Je suppose que c'est distrayant pour ceux qui la regardent à la télévision ?

Linus : Et les jeux vidéo ? Les jeux de guerre ! CNN !  »

 

      Je vous laisse vous procurer le livre pour la suite de la démonstration, notamment avec le domaine de la technologie. (vous pouvez aussi nous spammer de commentaires, partager sur facebook et twitter et je céderai ). Dans le second volet philosophique, Linus s'attarde longuement sur l'importance du domaine du libre et de l'Open Source, puis sur une critique de ce qu'engendre le copyright, son influence sur l'industrie musicale et les majors, etc.

 

« Le détenteur des droits d'auteur peut non seulement vendre sa propriété intellectuelle sans jamais la perdre, mais il peut même poursuivre en justice une personne qui cherche à vendre une propriété intellectuelle qui ressemble à la sienne. Autrement dit, le premier détenteur des droits possède des droits sur ce qu'il considère comme des œuvres dérivées de la sienne.

Tout est clair ? Pas vraiment. »

 

http://www.generation-gpu.fr/UserImgs/imgs/Articles-/cedega-vs-windows/334px-Tux.svg.png      Autant dire que j'ai adoré la biographie du finlandais qui roule en BMW Z4 pour se faire plaisir ! Elle est facile à lire, compréhensible (en partie) pour les non-geeks et permet réellement de comprendre la cause du démarrage, et l'évolution de GNU/Linux pour n'importe qui souhaiterait s'y intéresser. C'est un ouvrage vraiment différent de tous les guides comme "Apprenez Linux en 6 mois" ou "2 600 commandes pour les nuls". J'apporterai néanmoins deux petits bémols : Il n'est pas question des différentes distributions Linux. A l'époque pourtant, Debian, Red Hat et Slackware étaient déjà largement implantées ... juste deux mots sur la société Red Hat puisqu'elle lui rapporta énormément d'argent 6 mois après son entrée en bourse. Et puis rien sur les environnements graphiques ... Linus admet pourtant se servir énormément des fenêtres et du mode graphique aujourd'hui, peut-être n'y avait-il rien à dire à ce sujet ...

 

 

 

      J'espère en tout cas vous avoir donné envie de chercher à obtenir ce livre, ou bien de s'intéresser à GNU/Linux et peut-être même à l'installer sur votre machine si ce n'est déjà fait !

 

Publié dans Aucun rapport...

Commenter cet article