Seedfuck, ou Comment l'HADOPI est-elle déjà obsolète

Publié le par Jules

http://www.marchetto.at/wp-content/uploads/2009/06/pirate-pc-mouse.jpg

 

Un script permettant d'inonder les trackers peer-to-peer de fausses adresses IP vient de voir le jour. Il répond au doux nom de Seedfuck, est programmé en C et a bien l'intention de rendre encore plus obsolètes les manières d'actions de la loi HADOPI

L'auteur de ce Seedfuck se fait appeler Burningmace, il explique que son programme permet d'inonder le réseau P2P de milliers de faux peers (internautes partageant une partie d'un fichier) en générant des adresses IP fictives (aléatoirement ou non !), ce qui signifie que les possesseurs de ce programme pourront usurper l'identité de n'importe quel ordinateur connecté à Internet.

Pour les plus fous parmi vous, le code source est disponible ici. Un exécutable Windows circule sur la toile et un .deb serait en cours de préparation (exécutable pour les distributions Linux basées sur Debian).

 

 

Pourquoi ça dérange HADOPI ?

Hadopi, la fameuse loi tant controversée pour lutter contre le téléchargement illéga se sert justement de cette adresse IP comme preuve pour identifier les dangereux criminels qui téléchargent illégalement de la musique sur internet. 

Le problème de Seedfuck est que n'importe qu'une personne A mal intentionnée peut utiliser l'IP d'une personne B et télécharger de la musique ou des films illégalement. L'IP pourrait être repérée par Hadopi, et la personne B qui n'aurait jamais rien téléchargé illégalement de sa vie serait accusée à tort. De plus, il est très difficile de prouver que l'on n'a pas téléchargé un fichier, et les opérations pour le vérifier s'élèvent à plusieurs milliers d'euros par disque, à la charge de la collectivité. La fiabilité de l'IP est donc encore remise en cause. 

Je vais citer (en partie) le commentaire de Starside sur Clubic, qui résume bien la HADOPI :

« C'est le problème de faire des lois par des gens qui :

1/ N'y connaissent rien
2/ Se sont documentées auprès de personnes pas très objectives et définitivement partie-prenante.
 
Faire faire des lois pour gérer des problèmes imaginaires et en les basant sur des chiffres bidons, c'est légal ca ? On devrait pas leur envoyer la facture de ces centaines d'heures de boulot de nos élus à EMI musique et l'ami pascal nègre ? » 

 

 

Seedfuck ne risque-t-il pas de se retourner contre ses utilisateurs ?

Seedfuck envahirait le réseau peer-to-peer de faux peers et de fichiers fictifs. Mais cela ne risque-t-il pas de nuire à ce réseau en le rendant moins fiable, voire inutilisable ? Et donc finalement à long terme d'accomplir l'objectif d'Hadopi : neutraliser le téléchargement illégal.

De plus, on se doute bien que l'utilisation de seedfuck est illégale. Pourquoi les victimes accusées à tort ne pourraient-elles pas se retourner contre la personne qui a usurpé leur identité ?

 

Jules

 

 

Sources :

PC INpact ici et

Hack45 ici

Bluetooff ici

Clubic ici

Publié dans Logiciels

Commenter cet article